Comment Faire Un Glacage Au Chocolat Cupcake?

Comment Faire Un Glacage Au Chocolat Cupcake
Recette de Cupcakes au chocolat et glaçage chocolaté Un petit dessert savoureux et facile à faire.

1 Préparation des muffins au chocolat : Faire le beurre et le chocolat, ajouter le sucre en poudre et la farine, puis les oeufs. Mettre dans des moules à cupcakes. Enfourner pendant 20 minutes à 180°C. 2 Préparation du glaçage : Faire le chocolat au bain-marie. Une fois que le chocolat a refroidi, ajouter le beurre en, puis le sucre glace. Placer le mélange au frigo. Une fois les muffins cuits et refroidis, mettre le glaçage dans une poche à douille et le disposer sur les cupcakes. Parsemez de pépites de chocolat et de petites bille de sucre pour un visuel encore plus joli.

Vous n’avez pas trouvé votre bonheur ? : Recette de Cupcakes au chocolat et glaçage chocolaté

Quand mettre le glaçage sur les cupcakes ?

Vous pouvez préparer vos cupcakes et les conserver au réfrigérateur pendant 2-3 jours. En revanche nous vous conseillons de mettre le glaçage le jour de la dégustation.

Comment diluer un glaçage ?

Un glaçage trop épais – Vous pouvez vous rendre compte que votre glaçage est trop épais s’il se répartit difficilement sur votre pâtisserie. Dans ce cas, faites fondre le glaçage au bain-marie et si ce n’est pas suffisant, rajoutez un peu de citron ou du lait mais en aucun cas de l’eau.

Pourquoi cupcake ?

Littéralement, le ‘cupcake’ est un ‘gâteau tasse’. Ses origines remonteraient au XIXème siècle, aux Etats-Unis. Deux explications sont souvent données. La première indique que le cupcake était cuit dans des tasses afin de rendre sa préparation plus rapide et sa dégustation plus pratique qu’un grand gâteau.

La deuxième explication possible est que l’unité de mesure servant à la préparation de ce petit gâteau est la tasse. La recette de base pour la génoise est justement : 1 tasse de beurre, 2 tasses de sucre, 3 tasses de farine, 4 oeufs. Les cupcakes se dégustent en dessert ou à l’heure du goûter. C’était d’ailleurs pour faire plaisir à leurs enfants que les mères américaines décoraient les cupcakes d’un glaçage sucré et surtout coloré.

Leur petite taille et leur joli minois leur valent le nom de ‘Fairy Cake’ (gâteau de fée) en Grande-Bretagne. La forme et la dimension du cupcake font penser aux muffins, bien plus connus en France. Il existe cependant trois différences importantes : -la recette de base : le muffin s’approche plus d’un petit pain ou d’une viennoiserie que d’un gâteau -les habitudes de consommation : le muffin se déguste au petit-déjeuner et non au goûter ou au dessert -et enfin le glaçage : inexistant sur le muffin.

Comment faire tenir un glaçage ?

Glaçage sur le gâteau : une fixation qui dure – Pour pouvoir étaler une couverture de fondant en douceur sur un gâteau, la base doit être non seulement régulière, mais aussi légèrement humide. En principe, vous pourriez recouvrir la surface d’une couche d’eau très fine, mais le glaçage est une masse de sucre et l’eau dissout le sucre — tout comme la couverture de fondant.

  1. Pour les couvertures de fondant plus épaisses, qui ne doivent pas attendre trop longtemps après la production pour être servies, cette variante est une solution utile.
  2. Cependant, il est important de s’assurer que seule une pointe d’humidité est effectivement appliquée à la surface du gâteau.
  3. L’humidité a non seulement l’inconvénient de dissoudre le glaçage, mais aussi de rendre la pâte pâteuse.

En règle générale, vous ne devez pas appliquer le glaçage avec un rouleau directement sur la crème, car celle-ci contient beaucoup trop d’eau. Il en va de même pour la confiture ou la gelée de fruits, qui doivent être utilisés avec de l’eau. Cependant, ce n’est pas non plus la base idéale pour que le fondant adhère solidement au gâteau.

Seul en cas d’urgence absolue qu’un gâteau fondant peut être recouvert de crème de nougat aux noix pour créer une base adhésive. La crème au chocolat a un goût extrêmement sucré, est très collante et ne permet pas à la surface du glaçage de s’égaliser, de sorte qu’une couverture de fondant lisse peut être parfaitement recouverte.

Néanmoins, ce serait une solution s’il n’y a rien d’autre à faire.Notez, cependant, que les gâteaux ne doivent pas être cuits sous le stress et la pression, le plaisir doit être conservé et le résultat doit non seulement avoir l’air excellent, mais aussi avoir un goût harmonieux.

La base adhérente d’un gâteau fondant est la crème au beurre, car elle ne contient pas d’eau et le fondant peut également adhérer en douceur au gâteau. Si vous voulez faire une génoise, par exemple, il suffit d’appliquer une fine couche de la crème au beurre pour obtenir les propriétés adhésives nécessaires à maintenir le glaçage fermement sur le dessus.

La ganache sèche rapidement et protège en outre le fondant de la garniture, qui peut alors également être constituée de gelée ou de crème. La ganache offre également la possibilité de créer une base parfaitement plate pour le fondant afin qu’il puisse être posé en douceur sur le gâteau.

  • Une fois que la ganache durcit et qu’elle est ferme et sèche, on peut facilement la vaporiser d’une douce couche de spray antiadhésif avant d’étaler le glaçage sur le gâteau.
  • La façon de fixer des décorations fondantes sur les gâteaux et les petits gâteaux fonctionne différemment, bien que diverses figures puissent également être simplement pressées sur la surface d’une crème au beurre et placées.

Si une couverture de fondant non encore durcie et fraîchement enduite est à la base de la décoration du gâteau, il suffit d’y presser diverses figures ou de maintenir de l’eau à la surface du glaçage avec une minuscule tampon. Il est également important que l’utilisation de l’eau soit toujours discrète afin que le glaçage — ni celui du couvercle du gâteau ni celui de la décoration du gâteau — ne se dissolve pas.

You might be interested:  Quel Chocolat Manger Quand On Est Diabétique?

Quelle est la différence entre un muffin et un cupcake ?

Quelle est la différence entre un muffin et un cupcake ? Les muffins et les cupcakes ont la même forme et on les confond souvent. Pourtant, il y a des différences entre ces deux petits gâteaux d’origine américaine. – La première différence, et la plus visible : le cupcake est recouvert d’un glaçage (crème au beurre, ganache, pâte à sucre,,etc) coloré et souvent alors que le muffin se déguste sans glaçage (en général).

  • La deuxième est dans la texture, le muffin se rapproche plus du pain, alors que le cupcake est plus léger.
  • Dans la recette du muffin, tous les ingrédients secs sont mélangés ensemble d’une part, et d’autre part, tous les liquides sont assemblés.
  • Et finalement, on mélange les deux éléments : solide et liquide pour obtenir la pâte à muffins.

La texture finale est donc plus lourde. Pour le cupcake, on procède différemment : le sucre et le beurre pommade sont battus ensemble pour ajouter de l’air au mélange. Puis on ajoute le reste des ingrédients. La texture du cupcake est donc plus légère et aérienne.

  1. La troisième : le muffin se déguste en principe au petit déjeuner comme une viennoiserie, alors que le cupcake est plus apprécier pour le goûter, ou en dessert,
  2. La quatrième, est dans la composition,
  3. Le muffin est peu sucré et plus riche en farine que le cupcake.
  4. Ce dernier est lui plus « gourmand », avec plus de sucre, d’œuf et de beurre.

– La cinquième, et dernière, est la caissette en papier qui emballe le gâteau. Généralement, pour le muffin on utilise une caissette blanche simple ou, Pour les cupcakes, on préfère des modèles plus originaux : carrés, (ou tulipcup), à motifs ou multicolores et assortis aux glaçages. Pictures by WILTON & : Quelle est la différence entre un muffin et un cupcake ?

Comment garder les cupcake moelleux ?

Comment conserver des cupcakes avec glaçage – 5 étapes Image: Recetas.com Les cupcakes sont beaux et délicieux. Peu sont les personnes qui peuvent résister à leur douceur, à l’originalité de leurs goûts et à la créativité de leurs designs. Ces madeleines originaires des pâtisseries américaines sont la dernière tendance des pique-niques, des anniversaires et des mariages, mais si elles ne sont pas conservées correctement, elles peuvent devenir âpres et pas si délicieuses.

  • Pour qu’ils soient toujours en parfait état et qu’ils gardent leurs goûts, sur ToutComment, nous vous montrons comment conserver des cupcakes avec glaçage,
  • Cela pourrait aussi vous intéresser : Étapes à suivre: 1 La première chose à faire est de protéger vos cupcakes,
  • Recouvrez vos cupcakes avec du papier aluminium ou du film plastique pour empêcher le vent et l’humidité ne fassent des catastrophes avec.

Faites attention lorsque vous les recouvrez de ne pas abîmer la crème pâtissière du dessus, pour cela, utilisez plus de papier que nécessaire pour éviter de les aplatir. 2 Évitez de mettre les cupcakes au congélateur ou au réfrigérateur, l’excès de froid ruinera leur texture, les rendra durs et ils ne seront pas agréables à manger. De même, les garder au frais puis à température ambiante fera fondre la neige ou toute base de crème utilisée pour décorer la surface. 3 Il est préférable de conserver vos cupcakes protégés à une température ambiante, ainsi ils resteront intacts. De même, ces madeleines ne peuvent pas attendre pour être mangées, car tout comme les autres gâteaux, au fil des jours, elles perdent leur douceur. 4 Une astuce pour conserver les cupcakes est de les tenir à l’écart de la lumière, car ce serait comme les faire dorer au soleil : la chaleur, l’humidité et la vapeur ne les garderaient pas en vie de nombreuses heures. Placez-les de préférence dans un lieu frais. 5 Une autre alternative est de conserver les cupcakes dans un sac plastique avec fermeture hermétique, ainsi ils ne seront pas abîmés et ils resteront aussi frais que dans du papier aluminium. Vous pouvez en mettre deux par poche afin qu’ils ne se cognent pas les uns avec les autres, et qu’ils restent en bon état.

Comment utiliser le glaçage ?

10 conseils pour réussir un glaçage de rêve Recette 1 Lire le diaporama 10 recettes Votre gâteau est achevé, son goût à se damner et sa croûte bien craquante. Ne reste qu’à transformer son tee-shirt négligé en smoking de soirée avec le bon glaçage ! Le glaçage, également appelé crémage ou nappage, consiste à recouvrir la surface du gâteau d’une couche supplémentaire : chocolat, sucre, fondant, crème, caramel.

Une base qui lisse la surface et camoufle les défauts, métamorphosant les courbes du gâteau en régal des yeux et du palais. Craquant ou fondant, un bon glaçage ne se contente pas d’enjoliver la recette, il offre au transformiste une note gustative inédite. De quoi faire passer un cake du côté des pin-up ! A chacun son gâteau, à chacun son glaçage, les recettes sont nombreuses et toutes les idées goûteuses.

Nappé de chocolat, le gâteau offre un craquant corsé côté noir, sucré côté blanc. Le nappage au sucre fond sur la langue, le caramel croque sous la dent et le fondant pétille sur le palais à vous de jouer ! Il s’agit du plus simple des glaçages : nappé de chocolat et quelle qu’en soit la couleur, votre gâteau cumule parfum corsé et couleur de rêve. Le principe de glaçage au chocolat ? Du chocolat fondu, mêlé de beurre ou de crème, appliqué à chaud sur le gâteau.

Il durcit en refroidissant, offrant craquant et croquant, et s’applique aussi bien à la spatule pour un fini lissé, qu’en coulure pour une texture arty. La recette ? Une belle plaquette de chocolat, moitié moins de beurre. Remplacez le beurre par la crème fraîche, et le rendu en sera encore plus brillant, en plus d’être léger ! Mélangez au bain-marie pour une texture homogène, nappez et laissez refroidir.

Quant à varier les styles, laissez-vous embarquer par l’infinité de plaquettes de chocolats disponibles : éclats de biscuits, caramel au beurre salé, chocolat blanc ou riz soufflé, noir intense ou morceaux de framboise ? A chacun son plaisir ! Le glaçage au sucre est sans doute le plus traditionnel de la grande famille nappée, et son ingrédient secret n’a rien de secret : le sucre glace ! En version blanche, il est appelé glaçage royal : une bonne quantité de cristaux, mélangés à la juste dose liquide, et le tour est joué, votre gâteau transformé.

L’ingrédient liquide, en revanche, varie selon les versions. Il peut d’agir de blancs d’œufs, de lait, jus de citron ou d’orange, eau, café, thé ou liqueurs variées et bien d’autres. La constante ? Une croûte fine et craquante, entre look rétro et note sucrée. En pratique, rien de compliqué ! Pour la version la plus simple, fouettez deux blancs d’œufs dans un grand bol, en incorporant progressivement 400 g de sucre glace.

Attention, les œufs ne doivent pas monter en neige : mélangez sans vous presser, jusqu’à obtenir une préparation lisse et brillante. Ajoutez une tombée de jus de citron, puis nappez sans trop attendre, le glaçage au sucre durcit vite et ne réfrigérez pas le gâteau une fois nappé, le glaçage ramollirait. Ennemis des calories, passez votre chemin, le glaçage au beurre est certes le plus flamboyant, mais surtout le plus riche ! Considéré par certains comme le seul et l’unique, par d’autres comme écœurant, la version d’origine est, c’est vrai, le classique des cupcakes à l’américaine.

Elle mélange généreusement beurre et sucre glace pour en faire une crème onctueuse et épaisse la bien nommée crème au beurre. Elle se décore, se colore, se dévore, mais ne résiste pas à la chaleur. Un glaçage au beurre réussi, c’est 200 g de beurre pour 400 g de sucre glace. Laissez le beurre se ramollir puis fouettez au batteur électrique – histoire d’éviter la tendinite – jusqu’à le voir blanchir.

Incorporez alors progressivement le sucre glace, sans cesser de fouetter. Complétez avec quelques gouttes de liquide pour allonger (jus de citron, lait ou autre), des arômes et colorants si vous le souhaitez. Puis nappez à température ambiante vos gâteaux froids, avec une poche à douille, et réfrigérez aussitôt votre création. Le glaçage à la crème est la version légère du glaçage au beurre, ou crème au beurre : texture onctueuse, déco nuageuse et saveur bonheur ! Egalement connu pour son fameux cream cheese, utilisé dans les mythiques cheesecakes, le glaçage à la crème est aussi simple à réaliser que léger à dévorer : la crème est additionnée de sucre glace, voire utilisée nature lorsque déjà sucrée.

Et pour les amateurs, le cream cheese peut céder la place à la crème fleurette, au fromage blanc, à la ricotta ou au mascarpone. Le secret de la réussite ? Un bon fouet et une bonne poche à douille ! Appliquer harmonieusement la crème serait plus compliqué que de mitonner le glaçage, qui ne nécessite que de mélanger la crème au sucre.

Quant à la version Chantilly, elle peut se réaliser à l’aide d’un siphon pour éliminer tout risque de ratage Une seule consigne : fouettez allègrement, et décorez votre glaçage crémeux de fruits frais ou d’éclats de noisettes, paillettes de chocolat, épices variées La pâte à glacer, vous connaissez ? Egalement appelée fondant, elle représente, ni plus ni moins, le papier peint du gâteau ! Elle s’achète déjà prête ou se prépare en cuisine, et se fait fondre pour napper version coulant, s’utilise en plaques souples pour recouvrir un gâteau et en camoufler les défauts version solide.

Auquel cas, elle nécessite découpes, collages et superpositions, surtout si le gâteau est alambiqué exactement comme le papier peint ! Le terme est cependant bien large, et englobe les glaçages imitant le chocolat, souvent pour les variantes à fondre, ou au sucre coloré, généralement pour les plaques de fondant.

La première est cependant plus fréquente, car bien plus facile à appliquer ! Pour la faire fondre, privilégiez toujours l’option du bain-marie, unique mode de cuisson sans risque de brûlé. Quant à l’appliquer, laissez-la couler avant de lisser avec une spatule humide, puis laissez sécher et dégustez ! La clé de la pâtisserie n’est pas un mystère : l’équilibre autrement dit, la juste température, pour un glaçage qui tient sans couler et s’applique sans sécher ! Si le principe parait simple, la réalité l’est moins et dépend de votre pièce comme de la météo.

Si votre glaçage est parfait mais réalisé par 35°C, il risque de se liquéfier et de ne pas tenir sur le gâteau. A l’inverse, refroidi par une pièce tout juste chauffée, il sera bien plus dur à étaler et le fini moins bien lissé. Règle de base, étalez toujours votre glaçage sur un gâteau froid. Froid ne signifiant pas pour autant sorti du frigo, mais tout simplement à température ambiante : ni chaud, ni tiède.

En d’autres termes, on ne glace pas à la sortie du four ! Quant au glaçage lui-même, il doit également être à température ambiante, tant que celle-ci est raisonnable. Si vous le trouvez trop épais, laissez-le réchauffer légèrement. Trop coulant ? Passez-le quelques secondes au frais ou modifiez sa consistance. Si elle dépend grandement de la température, la consistance de votre glaçage tient avant tout à ses ingrédients et peut sérieusement vous compliquer la vie ! Le dilemme est le même qu’avec un glaçage trop chaud ou trop froid : trop liquide, le nappage va couler, trop épais, accrocher.

Dans un cas comme dans l’autre, adieu le beau fini lisse et brillant dont votre gâteau est si friand. Encore pire ? Même s’il tient, un glaçage trop liquide risque tout bonnement de disparaître, absorbé par le gâteau. Réaction, adaptation : si vous constatez que votre glaçage coule, ajoutez du sucre glace à la préparation.

Fouettez, et nappez à nouveau. Trop épais, la texture accroche et s’étale mal ? Ajoutez une tombée de jus de citron ou autre liquide, et procédez de même. Et en cas de mission impossible, rabattez-vous sur une texture crémeuse : les glaçages à la crème sont souvent plus simples à appliquer. C’est le défi suprême du glaçage de pro : obtenir un gâteau à la texture lisse et brillante, glacé comme à la pâtisserie. Et soyons lucides, rien n’est évident dans un tel challenge ! La consistance du glaçage doit être idéale, l’ustensile adapté et le geste sûr.

Autrement dit, première consigne : entraînez-vous. Répétez le geste, glacez à la pelle, enchaînez les cakes et les recettes. Une fois le geste maîtrisé, le reste est accessible ! Les astuces ? Tout d’abord, si vous nappez à la spatule, trempez-la au préalable dans l’eau bouillante et répétez l’opération à intervalles réguliers.

Le geste évitera au glaçage de sécher, et donc d’accrocher. Ensuite, si votre gâteau présente une croûte accidentée, envisagez de la couper : plus la surface d’accroche est lisse, plus le glaçage le sera Enfin, appliquer une fine couche de confiture entre le gâteau et le glaçage peut, de la même façon, aplanir la surface pour faciliter le nappage. Un glaçage, c’est bien, un glaçage parfumé, c’est mieux ! Nappage au chocolat mis à part, le glaçage peut, parfois, manquer de saveur Le sucre, le beurre, la crème : les ingrédients essentiels d’un glaçage misent sur l’esthétique plutôt que le goût. C’est pourquoi rares sont ceux qui ne misent pas sur les parfums, avec quelques gouttes bien placées d’essences variées, des liqueurs aux jus de fruits en passant par les huiles essentielles et arômes.

Oui, mais lesquels ? Les grands classiques sont la vanille en extrait ou en arôme, la fleur d’oranger en gouttes et le citron en jus, voire en huile essentielle. Pour autant, le choix est aussi vaste que la liste d’aliments ! Amande et chocolat sont plébiscités par les arômes, menthe et orange par les huiles essentielles, le Grand-Marnier dans les liqueurs.

Suivez vos envies mais choisissez des parfums liquides, pour ne pas perturber la brillance du glaçage ! Vous avez glacé ? Ne partez pas ! Un glaçage réussi, c’est un décor bien fini, et l’exercice nécessite une étape complémentaire au nappage lui-même Pour un gâteau qui fait le show, ne sautez pas l’étape couleur.

You might be interested:  Qui A Ramené Le Chocolat En France?

Un seul gros gâteau ? Choisissez une teinte assortie à votre table, ou à la saveur du gâteau. Une pléiade de miniatures ? Des donuts aux cupcakes ou popcakes, pensez variété : réalisez un même glaçage, puis divisez-le en petits bols et ajoutez quelques gouttes de colorants à chacun. Glacez, et créez un arc-en-ciel de pâtisseries ! Seconde étape, la déco elle-même Et une seule règle, amusez-vous ! Empilez des fruits frais en pyramide, dessinez des motifs avec des fruits confits, enfoncez des bonbons dans la crème ou des morceaux de biscuits.

Et n’oubliez jamais de saupoudrer, une astuce facile à grands effets : billes de sucre, éclats de noisette, pistache ou chocolat, épices en poudre ou cacao Les options sont sans fin, et vos gâteaux n’ont pas fini de faire parler.15 recettes avec du raisin pour faire le plein de vitamines ! 15 recettes aux asperges vertes pour une entrée de Pâques parfaite 15 recettes effrayantes pour Halloween Top 15 des meilleurs gâteaux de mamie : 10 conseils pour réussir un glaçage de rêve Recette 1

Quelle température pour le glaçage ?

Pour appliquer une couche parfaite de glaçage miroir au chocolat sur vos gâteaux et pâtisseries, il est important d’être attentif aux températures. Votre glaçage au chocolat doit être à la température exacte de 35 °C avant application. Cette température lui confère la fluidité idéale pour recouvrir la totalité de votre gâteau ou pâtisserie d’une couche parfaitement lisse et uniforme.

  • S’il est plus chaud, il fera fondre la surface et glissera.
  • À l’inverse, s’il est plus froid, il durcira directement sans recouvrir la totalité de vos produits cuits au four.
  • La température de vos gâteaux et pâtisseries est également cruciale.
  • Ils doivent être congelés à la température exacte de – 18 °C avant d’être recouverts d’une couche de glaçage miroir au chocolat.
You might be interested:  Comment Décorer Un Gâteau Avec Pâte À Sucre?

Une température inférieure créerait un choc thermique avec le glaçage, entrainant la formation de bulles d’air. S’ils sont à une température supérieure, ils fondront sous l’effet du glaçage chaud.

Comment utiliser le nappage ?

Quel est le secret d’un superbe gâteau bien brillant ? Le nappage bien sûr ! En effet, si vous souhaitez apporter de la brillance à vos desserts, nous vous recommandons la gamme de nappages pâtissiers Patisdécor, Pailletés, colorés et aromatisés, il y a vraiment de quoi s’amuser.

  • Pour les utiliser, c’est facile : 60 secondes au micro-ondes suffisent ! Vous pouvez également les passer au bain-marie.
  • Il y a différentes façons de l’appliquer sur votre gâteau : le nappage à la palette, le nappage coulé et le nappage au pinceau, que nous allons vous présenter ici.
  • Pour la démonstration, Chef Richard utilise le nappage blond abricot et le nappage fruits rouges,

Après avoir fait chauffer votre nappage, appliquez-le délicatement au pinceau sur l’ensemble de votre tartelette. Cette technique est surtout utilisée pour napper les tartes et protéger les fruits. Le nappage sur les tartes apport de la brillance mais permet également de les conserver plus longtemps.